PWC Portugal : Celorico da Beira : Résultats, Conclusion

June 29 2014, 10:15am

Posted by Bip bip

Après avoir gagné la Coupe du Monde en France, Félix Rodriguez Fernandez remporte cette étape. Star de l'accro et nouveau roi des compétitions de distance, l'espagnol semble plus qu'en forme en ce moment. Julien Wirtz est deuxième, impressionnant de régularité. Effectivement, à force de le voir sur les podiums et par curiosité, je suis allée voir son palmarès sur les dernières compétitions... Il était 9 à la PWC en France (mai 2014), 2 à la PWC en Turquie (septembre 2013), 5 au Championnat du monde en Bulgarie (juillet 2013), 4 à la PWC en Serbie (aout 2013), 5ème à la PWC en France (juin 2013), 3 à la PWC du Brésil (avril 2013).. Je ne peux que lui souhaiter d'être numéro 1 aux championnats d'Europe !

Pour compléter le podium, Andreas Malecki, alias Pepe est troisième.

Chez les filles, la japonaise Emi Agawa remporte la compétition, suivi de Ayse Bayrak (Turqiue) et Yvonne Dathe (Allemagne).

La france est première nation, Parastick, composé d'une bande de jeunes; Sun Goueslain, Yoann Chavanne et Damien Lacaze termine premier team.

Tous les résultats sont ici

PWC Portugal : Celorico da Beira : Résultats, Conclusion

Sur une semaine de compétition, 4 belles manches malgré une météo bien mitigée et des températures parfois hivernales. Celorico da Beira fût acceuillant, tout comme le Portugal. L'organisation de la compétition était techniquement performante de par le directeur d'épreuve, pour ce qui est du reste, nourriture, soirée ou autre, c'était bien différent de la dernière épreuve en France. Enfin, le principal c'est le vol, et même si les manches auraient parfois pu être rallongées, ce fût une bonne semaine de parapente.

PWC Portugal : Celorico da Beira : Résultats, ConclusionPWC Portugal : Celorico da Beira : Résultats, Conclusion

Pour ma part, je termine 81 sur 123, 5ème fille. Je boucle 2 manches sur 4. J'ai eu quelques bonnes sensations, quelques mauvaises également. Le sport de Haut Niveau, mais surtout les sports à risque pratiqués à Haut Niveau ont leur particularité que chacun gère avec ses propres moyens. Aujourd'hui, je n'ai plus vraiment de moyen, alors je vais prendre le temps de me retourner, de décider si oui ou non, je veux vraiment les retrouver.

C'est pour moi la dernière compétition avant un long moment, je verrai comment se présente le mois de septembre.

Je mets ce blog en stand-by pour une durée indéterminée et vous souhaite une bonne saison à tous.

See comments

PWC Portugal : Celorico da Beira : Manche 3 et 4

June 28 2014, 09:28am

Posted by Bip bip

PWC Portugal : Celorico da Beira : Manche 3 et 4

Pour la 3ème manche, jeudi, nous sommes allés sur le site de Linhares, situé sur la face Ouest de la Serra da Estrela. Les conditions ont mis du temps à se mettre en place à cause d’une belle couche d’inversion. Une manche de 75 km est lancé dos au vent avec un start à 14h30 en avant du site. Le vent d’Ouest/Sud Ouest était bien présent, rendant la masse d’air pas si facile à exploiter. Le start se passe sans trop de mal mais une grosse difficulté posent de nombreux pilotes au kilomètre 20. Le groupe de tête a eu le droit au bon cycle, pour le reste des compétiteurs, nous avons seulement eu le droit à des morceaux de thermiques ventés.

Pour ma part, j'assure un énorme plafond sur les éoliennes dans un bon +3, pour finir tanquer dans le vent de la plaine, hors cycle, à seulement 21 km. J'avoue ne pas vraiment avoir compris mon erreur. Il fallait certainement voler de façon plus agressive pour arriver dans le cycle. Pour une fois que je fais le plaf, c'est bien la dernière fois...

Une fois le plateau passé, pas de difficulté pour les survivants, différents placement font les différences entre les pilotes. Yann Martail gagne la manche, suivi de Remi Montginot, un jeune qui monte fort et de Martin Petz (allemand). Chez les filles, seulement Yvonne Dathe fait le goal, bravo à elle.

Le soir, nous avons dînés au village de Linhares dans un restaurant bien sympa, nous sommes venus spécialement pour une spécialité dont on nous à tant parler... Ne chercher plus Polo, une de ses tentacules était dans mon assiette, les 8 autres dans celles de mes voisins... Ca va être un peu plus difficile pour les paris maintenant, peut être aurait-il vu l'Algérie qualifiée, ou encore l'Espagne éliminée...

PWC Portugal : Celorico da Beira : Manche 3 et 4PWC Portugal : Celorico da Beira : Manche 3 et 4

Hier, nous sommes retournés sur la face Sud, à Azinha malgré un bon vent d'Ouest-Nord Ouest. Une manche de 58 km dos au vent fût lancée. Pas de tactique de course vraiment différente de celle habituelle. Un gros groupe de tête suivi d’un petit train qui mène plus de 108 pilotes au goal. Sur notre parcours, de bons thermiques dépassant parfois les +4 et des plafonds pas loin des 2300 m.

En visite touristique à l'heure dite, je rate mon start bien correctement, comme je ne l'ai pas fait depuis longtemps. Je continue donc ma ballade, assure les plafs et rentre au goal avec 13 minutes de retard sur le premier, Manuel Quintanilla.

C'était sûrement la dernière manche de la compétition.

A l'heure où je vous écrit, le ciel est bien sombre et les arbres commencent à s'incliner fortement...

See comments

PWC Portugal : Celorico da Beira : Manche 2

June 25 2014, 23:11pm

Posted by Bip bip

Il y a un certain temps que j'ai renoncé à regarder la météo en compétition, exceptée celle du jour, une fois sur le décollage. Ces derniers temps, j'ai un peu revu mes renoncements et par pure curiosité, j'ai parfois envie de savoir si ça vole demain. Alors je regarde ou demande les prévisions du lendemain, pour me motiver, pour mieux me projeter. Également pour faire descendre tout projet au fond de mes chaussettes une fois les volets ouverts. Le brouillard de ce matin a bien failli me recoucher.

Après décalage du départ, le DE a hésité entre le face Ouest de la Serra, face au vent, mais avec un ciel risquant de s'ouvrir tard et la face Sud, utilisée lors de la première manche, déjà au soleil mais sous le vent. Finalement, nous sommes retournés au décollage d'Azinha. Le temps que tout le monde arrive sur le déco, les navettes faisant des aller retour pour chercher les pilotes acheminés au bas de la vallée en car, un joli ciel se met en place, des rues de cumulus s'installent et un ouvreur tient déjà en l'air. La manche proposée est une flèche de 66km avec un unique point de contournement.

Une forte rentrée de vent de Nord/Ouest est annoncée au cours de l'après midi et le décollage montre déjà des signes de faiblesse. Il faut donc décoller tôt, la mise en l'air est autorisée dés la fin du briefing, le start est à 13h45, 5km devant. Je me prépare pour décoller dans les premiers mais les créneaux de vent de face sont rares, la manche à air annonce une belle tendance travers arrière. Quand le vent carresse enfin mes joues, je fonce, me fait dévier, évite de peu les pilotes venant s'étaler devant, sans gêne, souvent à moitié prêt attendant le paradis au milieu de l'enfer.

A 10 minutes du start, je suis mal, dans l'ombre et loin du sommet. Je décide d'avancer chercher le soleil en espérant trouver un gros vario. Gagnée, à l'heure dite, notre minuscule grappe est parfaitement placée alors que celles autour s'effondrent. 3, 2, 1 partez.. 3 cums, 3 options. J'attaque la route la plus au centre, ne me retourne jamais, quitte le thermique en première position. Je profite de l'instant, je suis là, lucide, je me fais plaisir, je le sais. Je vais pas tarder à me retourner, je le sais aussi. Mes camarades n'ont pas voulu venir avec moi, ils ont tirés à gauche pour rejoindre le groupe de tête. La première manche nous a conduit à dire que, premièrement le groupe de tête était trop conservateur par rapport au terrain et deuxièmement que la théorie des suisses est applicable au Portugal. Vous connaissez la théorie des suisses ? "Si c'est bleu, c'est qu'il va y avoir un cum". C'est comme ça qu'ils ont mis une valise à tout le monde sur une PWC au Brésil. Bref, Je suis persuadée que cette route est la bonne, en limite des nuages, au soleil, sous le vent.. sauf que je suis toute seule et j'en suis bien consciente. Je continue de m'amuser un moment en avant du groupe, prêt du sol, en mission commando, je ne rampe pas mais j'en suis pas loin, je tape quelques tours dans les gros varios et continue mon avancement.

PWC Portugal : Celorico da Beira : Manche 2

Quand le groupe me rattrape via leur route plus au nord, je stoppe mon jeu, contente de m'être amusée jusque là et fait le plafond dans un bon +4,5. Je continue sur mon axe, pensant reprendre le leur une fois le cylindre de la balise. Suivre les cums m'éloignerait trop de l'axe de la balise, je tire une fléchette en espérant atteindre le thermique que commence à exploiter le groupe de tête. Et bien croyez moi, j'ai fait un point bas qui va me passer l'envie de points bas pendant un moment ; à 55km/h, dos au vent, je ne trouve que des bouts de thermiques turbulents se laissant chevaucher sur moins d'un demi tour, dépassant à peine les 1,5 m/s. Le sol se rapproche de plus en plus vite, je ne suis pas encore à hauteur de poser mais je fais le tour des champs posables et de toutes les lignes électriques. En quelques secondes, j'ai un topo très clair des dangers potentiels, fais une "photo" et la garde en mémoire. J'ai appris, et pris l'habitude de faire ça à force de voir des accidents "évitables" au posé, et il faut le dire : à force de faire des points bas. Ça me permet également de mieux me concentrer sur la sortie, car la sortie, elle est en haut, pas au sol.

Tout les cadrants sont au rouge, je n'avance guere face au vent, le nombre de champ sans arbre est pas loin du zéro, et je n'ai pas eu le temps de compter le nombre de lignes électriques. Niveau de concentration à 300%, l'hirondelle devant moi se prend un tel coup de pied au *** qu'elle se retrouve sur le dos. Au moment où je rentre dans le thermique, je sais que j'ai gagné mon ticket de sortie. Je reste concentree, j'ai mon ticket mais je peux encore ne pas le prendre. L'euphorie ne m'a plus, je vous le dit, je suis une habituée, le point bas est une des rares situations que je gère mentalement très bien.

Quand je suis au nuage, je n'ai plus qu'une envie ; le goal. Je suis rincée, je veux rentrer. J'assure mes plafonds et choisi une ligne que je pense être plus au vent. Sauf qu'à mesure que nous avançons, le vent tourne et la belle composante arrière finie par nous arriver dans les dents. Par manque d'analyse, par fatigue qui me rend moins lucide, je pose, à 3km du goal, collée dans le vent.

Déçue de ne pas avoir boucler, heureuse de toute ses bonnes sensations, en thermique, seul ou accompagnée. Aujourd'hui, j'ai l'impression d'avoir fait du cross, d'avoir voler, de m'être amusée. J'ai l'impression d'avoir repris un peu de confiance en mes capacités, ne serait ce que sur celle d'enrouler un thermique, de prospecter, de le trouver, de l'exploiter.

Aujourd'hui, je ne cherche pas plus que ça. Retrouver mes bases. Refaire mes gammes. Accorder ma guitare.

Pour les résultats, je ne les ai pas, il devrait arriver dans la soirée :ici Pour ma part, je vais me coucher.

Mes m'excuses pour le manque de photo. Vous en trouverez peut être sur le blog de Maxime ou de Sylvain.

See comments

PWC Portugal : Celorico da Beira : 2 jours sans manche, 1 vol

June 24 2014, 21:48pm

Posted by Bip bip

Hier, la météo aurait peut être pu nous laisser un créneau, l'organisateur y a cru pendant un moment et nous a fait monter dans les navettes, mais a fait marche arrière à la vu du premier surdéveloppement. Une journée tuée entre un semblant de footing et une grosse sieste (sans mouches).

Aujourd'hui, la pluie était là dés le matin. J'ai déjeuné et me suis recouchée, sans prendre la peine d'aller au briefing. Je sais bien que l'optimisme a du bon, mais il a aussi ses limites. Le ciel s'est ouvert dans l'après midi. Ni une, ni deux, nous sautons dans la voiture, récupérons les voiles au PC course et filons au décollage de Linhares pour faire l'ouverture du vol.

2 petites heures de vol, une ballade le long des pentes, puis au nuage, entre points bas et points hauts, au loin les éoliennes ainsi qu'un joli front orageux défilant sur nos côtés. Que c'est bon de simplement voler !

Demain, les conditions sont là et la compétition reprend.

Alors à demain.

PWC Portugal : Celorico da Beira :  2 jours sans manche, 1 vol
PWC Portugal : Celorico da Beira :  2 jours sans manche, 1 volPWC Portugal : Celorico da Beira :  2 jours sans manche, 1 volPWC Portugal : Celorico da Beira :  2 jours sans manche, 1 vol

See comments

PWC Portugal : Celorico da Beira: Manche 1

June 22 2014, 22:00pm

Posted by Bip bip

La Coupe du Monde est lancée, la première manche s'est bouclée aujourd'hui.

Je fais le reportage pour le magazine Paragliding Rocktheoutdoor, vous y trouverez mes récits et toutes les infos sur la PWC ainsi que bien d'autres choses intéressantes.

« Ce matin, grand ciel bleu, quelques brumes marquant encore l’humidité de la veille. Tout le monde est (presque) à l’heure pour le briefing général à 8h. Le vent du sud nous oblige à aller voler à Azinha, site de vol à plus de 1 heure de route de notre camp de base. A 9h20, les navettes et les bus décollent. A 12 heures, tous les pilotes sont sur le déco. Gestion du timing serré.. Nous arrivons, à peine le temps de déplier que le briefing du jour est déjà lancé. Au programme, une manche de 66km, une ligne droite au nord avec deux points de contournement. Les conditions au décollage sont très cycliques, et les cycles vraiment forts. Joli spectacle pour les rares spectateurs présents, joli danse des voiles, et parfois des pilotes!

Le start est 2km devant, pas de stress, le temps pour tout le monde de choisir le moment qu’il lui convient. Au placé, la course est lancée, feu, gaz ! Tous les pilotes appuient sur leur barreau, tranche la masse d’air, file vers le premier cylindre. Les conditions sont généreuses, de beaux petits cums ornent le ciel, laissant parfois peu de place au bleu et créant des zones d’ombre. Sur cette longue flèche, plusieurs options se dessinent : un joli trou de bleu ne rend pas très alléchant l’option droit sur la flèche… Certains contournent la zone sèche alors que d’autres filent tout droit. La bonne option était tout droit, comme souvent en Coupe du Monde.

Le gagnant du jour est Felix Rodriguez, vainqueur de la dernière PWC en France. L’espagnol semble en forme en ce moment, à l’inverse de ses compagnons qui courent après un ballon! Il boucle les 66km en 1h33. Deux minutes derrière, on retrouve le premier français, troisième et c’est Jacques Fournier, suivi de Yoann Chavanne en 4ème position. Le reste de la clique suit dans les secondes ou minutes suivantes. La première fille est Noriko Mizunuma.

Au final, pour une météo soit disant bien incertaine, quelle belle manche! Elle nous a permis de découvrir le coin, un joli terrain de jeu avec des lignes de confluences très marquées, ça va être intéressant à naviguer! »

PWC Portugal : Celorico da Beira: Manche 1
PWC Portugal : Celorico da Beira: Manche 1PWC Portugal : Celorico da Beira: Manche 1

Personnellement, je termine à 7 minutes du premier, en 48ème position, 2ème fille, je ne vous parlerai pas de mon vol mais je vous parle bien volontiers, non pas de mouche mais de la fête des pompiers au village. Sardines grillées, poulet, pain au mais et riz au lait dans une... caserne. Ambiance garantie. C'est aussi ça la Coupe du Monde de parapente, les découvertes insolites.

A demain !

Les résultats : http://pwca.org/results/results/

See comments

PWC Portugal : Celorico da Beira : Arrivée

June 21 2014, 21:38pm

Posted by Bip bip

Arrivée à Celorico da Beira jeudi en fin d'après midi après un voyage agréable, facile, rapide. Peut être bien le premier depuis que j'ai commencé à faire des compétitions internationales. Bon il faut tout de même préciser que je n'ai pas eu affaire à la SNCF, effectivement, pas de train sur ce voyage, ce qui enlève environ 70 % du risque de retard, non départ ou autres emmerdes qui composent les joies du voyage... Avion à l'heure malgré un embarquement plus que boarder line. Il faut également dire que si nos voiles sont arrivées à bon port, ce n'est pas grâce à Vueling mais au bus du pôle France et aux pilotes qui sont descendus avec. Le vol étant sans correspondance, les bagages ont été desservi en temps et en heure. Réservation de voiture opérationnelle, récupérée en quelques minutes. Un peu moins de deux heures de route et me voilà arrivée a Celorico da Beira. Tout s'est tellement bien passé que j'ai eu du mal à croire que je partais faire une Coupe du Monde.

Le village est en hauteur, organisé autour d'un fort, entre pierres et petites ruelles, ambiance plutôt sympa. Sympa mais éteinte. J'imagine et espère que la vie va apparaître avec le début de la Coupe du Monde.

PWC Portugal : Celorico da Beira : Arrivée
PWC Portugal : Celorico da Beira : Arrivée

Hier, vent de Sud, nous avons parcouru la Serra da Estrela à la recherche de Azinha, un site de vol orienté Sud. Nous l'avons trouvé, mais le vent semblait l'avoir trouvé bien avant nous, et comme la Yaris n'a pas franchement voulu dévoiler ses talents de 4x4, nous sommes rentrés à l'hôtel pour l'heure de la sieste. Voyager, c'est s'intégrer au pays, adopter les traditions locales et la sieste s'est sacrée ici.
Volets fermés, je me suis donc allongée, je commençai à sombrer quand deux mouches sont venues m'attaquer. Enfin "m'attaquer", pas vraiment, mais me caresser de leur pattes poilues précédemment baignées dans les excréments de chien du parc d'à côté. C'est à partir de cette pensée que la sieste s'est transformée en entraînement mental. Mis à part le côté rebutant, on peut dire que ce n'est qu'un minime chatouillement. 1mm² sur environ 1,6 m² de surface corporelle, c'est pas loin du néant alors ce n'est pas deux mouches qui vont empêcher ma conversion aux us portugais.
Je rentre donc en méditation, c'est bien à la mode en ce moment et il paraît que l'abnégation n'est pas une solution. Je dois donc vivre l'instant, accepter ces petites pattes qui caressent mon corps, ces langues qui butinent mon épiderme, lèchent mes cellules cutanées. Mieux les accepter pour mieux les oublier... J'en étais convaincu mais après environ 2 minutes et 30 secondes de tentative de pleine conscience, j'ai franchement viré du côté obscur, foudroyée par des envies de meurtre. Le problème, c'est qu'il me fallait assez de motivation pour ouvrir une paupière, soulever un bras, activer une puis deux jambes afin de sacrifier un sport et vie magazine sur le dos de deux mouches avec pour unique motif ; échec de ma séance de méditation.

J'ai par défaut choisi une stratégie de contournement, pas de meurtre, pas de méditation, jambes sous la couette, bras sous le corps, tête sous l'oreiller... Résultat : réveillée 20 minutes plus tard, en hyperthermie, avec plus de sang au bout des bras et une envie de meurtre encore plus forte pour arriver à une seule conclusion; il n'est pas si facile d'adopter les pratiques locales.

Promis, je réessaye demain.

PWC Portugal : Celorico da Beira : Arrivée
PWC Portugal : Celorico da Beira : Arrivée
PWC Portugal : Celorico da Beira : Arrivée

Aujourd'hui, journée d'entraînement officielle avortée au petit matin à cause d'un vent de Sud bien présent. Direction la plage, Aveiro, à 1h15 d'ici. Nous espérions faire du kite mais le vent n'était pas assez fort en bord de mer et tout début de brise thermique était stoppée par de gros nuages noir mettant les terres à l'ombre. Au final, plage, visite du village et resto.

Inscription ce soir, cérémonie à 21h. La routine reprend. Croisons les doigts pour que les prévisions météo soient fausses...car si je me mets à vous parler des moustiques, on a pas fini....

See comments

Suite, fin, départ, nouvelle étape

June 19 2014, 19:39pm

Posted by Bip bip

J'ai légèrement omis de vous raconter la fin de l'histoire. Effectivement, cette coupe du monde a bien eue une fin à la suite d'une dernière manche inespérée. On s'attendait à la meilleure journée de la semaine, rêvant de manche s'approchant des 100 patates... Rien de tout cela, de longues heures d'attentes dans le brouillard de l'Ebaudiaz dans une température à 7° pour décoller un peu plus tard, en hypothermie, tout espoir ensoleillé au fond des chaussettes et faire une manche de 47 km... Comme quoi, c'est une conclusion qui revient souvent en compétition : il faut toujours y croire !

Enfin, je ne vais pas vous faire le journal du lendemain avec 2 semaines de retard...Pour conclure personnellement sur la semaine, je prends, avec difficultés mais volontiers ces deux dernières manches bouclées qui m'ont offert une deuxième place sur le podium féminin. Place qui ne représente pas grand chose étant donné ma 82ème place au classement général... Enfin, 2 manches bouclées sur 4, ça fait du 50% (vous remarquerez mes talents de mathématicienne) et ça remonte drôlement mes statistiques de goal !

Alors juste pour ça, un grand merci à Klaudia Bulgakow pour le prêt de sa voile, un grand bravo à Kirsty Cameron, impressionnante ! Et une grosse bise à Seiko, l'épaule en vrac, qui n'a pas pu voler sur cette compétition.

Suite, fin, départ, nouvelle étape

Après une semaine de vacances, me voilà reparti pour la 3ème Coupe du Monde de la Saison au Portugal, à Celorico da Beira. N'ayant pas volé depuis la dernière manche française, mon problème de manque d'entrainement n'a pas franchement trouvé de résolution...

J'ai failli oublié de vous annoncer ma non sélection aux Championnats d'Europe. On m'a demandé de ne pas le crier sur Facebook lorsque ce n'était pas encore officiel, mais ça y'est, c'est bon, je peux le faire : Je ne suis pas sélectionnée !!!

Blague à part, pour entamer la résolution de mon problème, j'ai réorganisé ma saison avec des compétitions de moindre importance et avant tout de l'entrainement hors compétition. Ayant mon ticket pour la SuperFinal qui aura lieu en Turquie, le plan de préparation est lancé.

J'ai hésité à annuler mon inscription et à proposer mes talents "d'ouvreuses" pour simplement voler, faire des heures, m'entraîner. Même si on choisi de voler sans pression, l'engagement ou non dans la compétition fait toute la différence. Vous avez beau vous concentrer exclusivement sur la manière, le vol, il reste dans un coin de votre tête la production du résultat, le chiffre, la valeur de ce que vous faites, mais aussi votre fédération, vos proches, votre statut de Sportif de Haut Niveau, vos résultats précédents, votre classement mondial, l'argent dépensé, le temps engagé...

Je reste engagé, mon objectif sur cette semaine est très simple ; l'oublier.

Je viens d'arriver sur place... prochaine article pour vous présenter l’événement plus en détail !

Suite, fin, départ, nouvelle étape

See comments

PWC Coeur de Savoie : 4ème manche

May 30 2014, 21:21pm

Posted by Bip bip

Par manque de temps, pas d'article pour la 3ème manche. Croyez moi, vous avez tout gagné, ou perdu... une bonne dose de négativisme !

Aujourd'hui : course au but de 46 km en zig zag dans le bocal. Le vent de nord au réveil ne laissait rien promettre de si long, encore moins les risques d'orages prévus dés 14 heures. Mise en l'air à 11h40 pour un start à 12h30. Nous nous échappons rapidement de la Combe de Montlambert pour rejoindre le sommet du Mont Charvet. Face au nord nos vitesses de vol ne sont pas élevées, les plafonds montent doucement? Nous avançons face au vent, nous nous laissons dériver dans le thermique puis avançons à nouveau. Le bal du nuage commence, il se forme sous nos pied puis sur les côtés. Nous nous baladons entre ces nuées, contournant sa bordure, jouant avec les nouvelles formations. C'est magique. Et pourtant je n'en profite pas vraiment, je me concentre sur le pilotage de ma voile. Je me souviens avoir vécu la même situation à la pré Coupe du Monde, comme si c'était hier, je me souviens également des sensations, je me rappelle cet émerveillement et cet énorme sourire sur mes lèvres, tout juste bon pour finir avec des moustiques dans les dents. 2 ans plus tard, tout est bien différent.

A très haut niveau, le pilotage n'est pas un déterminant dans le production de la performance. Les meilleurs pilotes mondiaux sont justes techniquement, ce qui les differencie, c'est la tactique. Cette voile, je la connais. Ce pilotage automatique, je l'ai. Pourtant, je n'arrive pas à le laisser faire. Le résultat d'un sérieux manque d'entrainement. Enfin, un temps pour tout. J'ai appris dans la semaine ma réussite aux examens et je n'ai pas pris le temps de me sentir satisfaite, fière. Peu importe le résultat final, demain soir je fêterai les nombreux entraînements sur ma copie et la validation de cette année.

Enfin, revenons à nos moutons.. nos thermiques pardon ! Nous sommes seulement une petite dizaine à persister au vent du nuage quand l'heure du start approche. Nous sommes bien placés, mais comment savoir si les autres ne le sont pas mieux ? A l'heure dite, la surprise fût bonne. Nous partons avec Charles et Hono pour la première balise avec un bel avantage. Au retour, je raccroche le relief et rebondi dans un +6 bien tonique, sors au nuage avec un seul camarade alors que la plupart des compétiteurs ont choisi de viser la savoyarde. Il y avait un temps où la suite logique aurait été : Go, feu, gaz, droite devant et à fond ! Mais ça, c'était avant. Maintenant que je porte des lunettes, je ne vois plus rien. Alors je suis mes camarades...

La suite de la manche se résume en plusieurs erreurs et 2 magnifiques hors cycle. L'objectif de boucler était bien là, j'ai pris le temps qu'il faut mais au final, j'ai vu la ligne d'arrivée. En même temps que je vais réapprendre à voler, je vais essayer réapprendre à sourire. A me satisfaire de peu.

Aujourd'hui, j'ai fait le goal.

Alfredo Studer gagne la manche grâce à une belle échappée lancée dés le retour de la première balise... Je l'ai bien vu dans mon rétroviseur en allant me placer sur mes camarades ramant le long des pentes de la savoyarde. Bravo à lui.

Kirsty Cameron gagne chez les filles.

PWC Coeur de Savoie : 4ème manche

Philippe Roea, organisateur et directeur d'épreuve en or qui s'est démené pour nous concocter un super événement. Des activités ont été proposé aux compétiteurs les jours de mauvais temps... Lors des quels il a enfilé une troisième casquette de guide VTT, ce qui lui a valu un joli plâtre.

Dernière journée demain, météorologiquement parlant, la plus belle de la semaine.

Venez vous voir à Chamousset : lieu dit La ferme des gabelins. Autres qu'admirer des parapentistes franchir une ligne debout sur leur barreau, vous pourrez faire du poney si vous mesurer moins de 110cm ou faire faire du poney à vos bambins, des kaplas, des avions en papier et cerf volants personnalisés. Pendant ce temps vous pourrez vous désaltérer, goûter des glaces bio et repartir avec des produits de la ferme.

Alors à demain !?!

See comments

PWC Coeur de Savoie : 2ème vol, 1ère "vrai" manche

May 29 2014, 07:30am

Posted by Bip bip

Hier, le ciel était encore bien humide mais également bien moins épais, ce qui rendait plus facile l'imagination du soleil caché derrière. Pour laisser le temps à la masse d'air de s'assécher et au plafond de monter, la compétition fut momentanément délocalisée à Saint Hilaire. Décision judicieuse au vu des conditions, d'un point de vu sécuritaire ? Pour moi, Saint Hilaire n'est pas adapté à la compétition, une longue crête, de belles combes et une bonne brise parallèle au tout.

Enfin, on ne m'a pas demandé mon avis. Je réussi à réunir tout mon sang froid et ma concentration, et je rentre dans ma bulle. Au jeu du frottage de stabilo dans le caillou, je m'en sors plutôt bien. Quand l'ombre arrive et que le nord frappe un grand coup, j'ai du mal à retrouver la concentration qu'il m'avait tant été difficile d'acquérir. Je pose à côté de Crolles, manquant de passer dans les pales d'un hélicoptère, ou dans le turbo de deux avions de chasse en ballade à 100m sol.

Soigneusement récupérée par ma famille, j'arrive à temps au PC pour voir l'arriver au goal. Charles Cazaux gagne la manche, secondé par Julien Wirtz. Chez les filles, personne au but. Emma Casanova fait la meilleure distance.

Les résultat sont ici : http://pwca.org/results/results/

Pour changer, la météo du jour reste incertaine, 15 à 20 km/h de Nord suivant les précisions et des risques d'orages annoncées plus ou moins tôt. Allons nous peut être enfin faire vivre la légende et chevaucher la face est de la dent d'Arclusaz ? Croyez moi, je ne l'espère pas.

Premier ciel bleu au réveil depuis le début de cette compétition.

Ce matin, c'est la fête !

PWC Coeur de Savoie : 2ème vol, 1ère "vrai" manchePWC Coeur de Savoie : 2ème vol, 1ère "vrai" manche
PWC Coeur de Savoie : 2ème vol, 1ère "vrai" manche

See comments

PWC Coeur de Savoie : Journée annulée, 2ème round

May 27 2014, 21:50pm

Posted by Bip bip

Au réveil du brouillard, au café de la pluie, à midi de la pluie, au goûter de la pluie, en fin d'après midi une éclaircie. Même pas de quoi sortir le bout de son nez sur un tube de carbon ou une paire de basket, mais un cumul de quelques heures de sieste entrecoupés d'une ballade en magasin.

Mon ordinateur ayant littéralement brulé avant hier, j'ai involontairement limité les heures perdues sur les réseaux sociaux et autres au profit de la lecture d'un ou deux articles. Enfin, j'ai quand même laissé glisser mes doigts quelques instants sur une tablette pour découvrir Paragliding Rocktheoutdoor, le premier magazine collaboratif des parapentistes créé par René HASLE, passionné de parapente et autres sports de nature. Etonné par le manque lisibilité du parapente pour le grand public, il s'est lancé comme projet de partager via ce site de nombreuses informations sur notre sport et son actualité, du vol loisir à la compétition. Qui dit collaboratif, dit qu'il a besoin de vous... Public : pour le lire ... Et parapentiste : pour partager les infos.

Alors n'hésitez pas à vous inscrire ici

Ou simplement visiter le site

Les gouttes de pluie n'ont pas encore transpercé mon crane ni franchi ma barrière hémato-encéphalique, j'essaye de rester mobilisé en vu des 4 potentielles manches restantes. Difficile gestion que sont les Coupes du Monde à domicile. L'ambiance du voyage manque pour se mettre en condition. Mais quelle plaisir de ne pas courir après un poulet-Frite baigné dans l'huile Sud Américaine et de manger des bons petits plats maison !

A demain !

PWC Coeur de Savoie : Journée annulée, 2ème round

See comments

1 2 3 4 5 6 7 8 > >>
Share this blog Facebook Twitter Google+ Pinterest
Follow this blog