Mina Clavero : Manche 1

Published on by Bip bip

Au petit déjeuner, le ciel encore gris laissait apparaître une trouée bleu à l'horizon. Café, brioche à la dulce de leche, banane, de quoi remettre de l'essence dans le moteur pour cette première journée de compétition un peu particulière. Départ du PC course à 10 heure pour une arrivée au col 20 minutes plus tard. Les voiles sont transportés en camion 4x4 jusqu'au décollage, les pilotes ont 20 minutes de marche, soit un saute mouton sur les rochers pour ne pas se tremper les pieds. La perturbation a laissé beaucoup d'eau sur son passage.

A 11h30, nous sommes en place. Le camion déverse les voiles au compte-goutte, faisant les aller retour du col au déco.

Je fini par récupérer ma nouvelle voile, une belle ozone Delta2 bleu qui sera ma moitié au moins pour la journée. En guise de hamac une impress3, avec un accélérateur que j'ai pris soin de tendre à son maximum. J'ai mon CPilot, pas de vario ni de radio, ces précieux accessoires sont restés dans ma voile. Le casque semble m'aller, on me prête une paire de gants, je suis parée. Excepté pour les lunettes, celles que j'utilise pour le vol ainsi que mon masque sont quelques part dans un aéroport avec ma voile... à voir sur la photo, c'est un certain style, d'un goût certain...
Enfin, j'ai tout ce qu'il faut pour voler. J'ai également une boule au ventre qui me rappelle mes premières compétitions lors de mon année au pôle de Font Romeu avec ma première et dernière EN - C, une Antea2 de Sky Paraglider. Je me souviens de ma première manche bouclée à Moulis, en 9 ème et dernière position après le premier Maxime Pinot. J'avais fait un détour énorme pour suivre les nuages et être sûr de rentrer, j'étais arrivé au goal un peu avant l'heure de fin de manche avec au moins 900 m de gaz. Je me souviens de Marco qui m'avait demandé à la radio :"Laurie, tu es sur que ça rentre? Dans le doute, je crois bien que j'avais fait un ou deux tours de thermique en plus...
Je me souviens aussi d'une manche B à la clusaz, 75 km, ce qui était ma plus grande distance.. J'avais terminé 8ème, devant un bon paquet de GUN venu s'amuser sur B. J'avais su rebondir sur les bons cycles, voler haute sans jamais pousser à fond. C'était encore l'époque ou le mot accélérateur me faisait peur. Et pourtant, j'avais réussi.

Mina Clavero : Manche 1Mina Clavero : Manche 1

Avec un peu de musique, quelques morceaux de Alt-j, voilà à quoi je pensais pendant que le comité de pilote nous concoctaient une manche.
52 km, un start devant, une balise 25 km au Sud Ouest, un retour à Mina Clavero. Une fois les bugs de mon GPS réglé (merci qui?), le gong a réellement sonné. Les conditions n'ont pas du l'entendre. Les thermiques hyper cycliques en posent plus d'un. J'étais parti pour décoller tôt, apprivoiser ma nouvelle voile, je me suis vite ravisée.

Nous attendons pour choisir le cycle de la journée, 15 minutes avant le start. Ma voile semble plutôt bien monté en thermique, du moins quand je suis avec d'autres pilotes. Seule, j'ai pour unique référence une douce mélodie du flymaster mélangé au son de mon CPilot, qui semble m'indiquer quand je monte ou je descends. Pour ce qui est des transitions, no comment...

Deux options se dessinent, plaine ou relief, pas la peine de préciser laquelle j'ai choisi... J'assure un top 15, continue à mon rythme, sans jamais pousser à fond, essayant d'optimiser les trajectoires. Nous longeons une face Nord qui rapidement tourne à l'Ouest. Lors du passage de cette compression, ma vitesse de 8km/h passe en négatif quand je rentre dans les thermiques. Je ne pensais pas avoir de sueur froide avec ma nouvelle copine, mais comme quoi ! Quelle affreuse sensation de se sentir coincé, de sentir les portes se refermer, comme une mongolfière, témoin de la masse d'air. Quand je commence à ressentir ce genre de sensations sous ma voile habituelle, c'est que j'ai clairement dépassé les limites et que je suis en danger..

Une fois l'accélération passée, je décide de prendre un peu plus de marge au relief. Je retrouve Franck à moins de 2km de la balise. Contente d'avoir un peu de compagnie, je jette un oeil à l'horloge pour prévisualiser la suite : estimation de l'heure d'arrivée au but : 18h15, soit l'heure de fermeture de la manche. J'ai à peine le temps de me dire que ça va être tendu que le Flymaster hurle : la manche est annulée à cause du vent.

Mina Clavero : Manche 1Mina Clavero : Manche 1
Mina Clavero : Manche 1

Les cums présents lors de l'allé ne sont plus que des nués lors de notre retour. Je décide de ne pas tenter la traversée de la gorge et de poser sagement là où il y a encore de quoi toucher le sol en sécurité. Je choisi un coin où les buissons n'ont pas encore atteint leur taille adulte. S'en suit une heure de marche dans les cactus, puis une traversée de rivière avant de retrouver un chemin. Mes jambes écorchées étaient presque soignés, ce soir, je n'ai même pas oser les regarder en me passant du désinfectant.

J'ai retrouvé 3 autres pilotes, nous avons attendus ensemble la récup. L'organisation ne me semble pas encore au point, nous avons été récupéré à 21h45.

Une manche qui score très peu, heureusement, car le côté cyclique du décollage en a désavantagé plus d'un.

Une 15ème place pour moi. Pas pire. Mais p***** qu'est ce que c'était chiant...

Les résultats sont là : http://pwca.org/results/results/

Maman... je veux mon parapente....

Mina Clavero : Manche 1Mina Clavero : Manche 1

Comment on this post