Finale PWC 2015 : Manche 3

Published on by Bip bip

Finale PWC 2015 : Manche 3

Encore une manche de 85 km à Valle et encore des kilomètres qui n'étaient pas donnés. Les conditions étaient nettement meilleures que la veille avec des plafonds allant de 3500 à 4000m en fin de manche et des thermiques un peu plus généreux mais les voiles passant devant le soleil sont venus perturber la fête.

Pour commencer, deux options dés le start. Celle des Suisses entre autres : se placer de l'autre côté de la balise pour être sur la ligne de crête qui permet un cheminement optimal à la prochaine et la notre : rester sagement au Trois Rois. Devinez qu'elle était la meilleure ? C'est pas compliqué, qui à gagné la première manche ? Un suisse ! Et la deuxième ? Un suisse aussi... Bon heureusement pour nous, un premier voile est venu ralentir leur progression et l'avance considérable qu'ils avaient a disparu bien avant B2.

La course continue entre ombre et soleil, initiative et retrait, enfin bien plus d'initiative aujourd'hui... Je commence à retrouver le plaisir et le sourire en vol, qui jusqu'à présent était un peu coincé au fond de ma gorge.
Ici la navigation est plutôt plaisante mais le sol est haut et il ne faut pas uniquement se fier à l'altitude du GPS. A 2500m, les pieds dans le arbres, je m'imagine 200 mètre au dessus de la tournette... A 4000, avec enfin la sensation d'avoir de la hauteur, je m'imagine en train d'accèder au Mont Blanc... On le dit souvent, en parapente, tout est dans la tête !

.

Finale PWC 2015 : Manche 3

Les voiles de cirrus ont disparu, les conditions deviennent bien meilleures, le goal se dessine à grand pas, le changement de rythme est là et ce n'est pas le moment de s'endormir. Je suis dans la tête de course, ce que nous enroulons ressemble au dernier thermique avant la rentrée au goal. Il y a du monde au dessus de nous et chacun cherche à trouver le meilleur noyau. Là, peut être à cause des 4000m qui ont réduit la quantité d'oxygène disponible pour mon cerveau, je me fais une réflexion de merde : "Dis Laurie (Oui je me parle... en l'air!), tu ne fais jamais de rentrer au goal avec juste la bonne marge en altitude, toujours trop haute.. ". Mes camarades de thermique partent, je fais de même. La branche au vent pour faire la dernière balise se passe plutôt bien même si je dois légèrement lever la tête pour voir les pilotes devant et que l'altitude au goal donnée par mes GPS ne s'arrange pas. Une fois cette balise tournée, je choisis une ligne plus à droite avec 2 ou 3 pilotes, ligne qui nous fait rêver l'espace d'un instant puis nous crache vers le sol comme des malpropres... Sauve qui peut, nous sommes à 1km de la fin des points temps. J'ai un cône de suspenstage de plus qu'eux, j'arrête de respirer, je sers les fesses, je ne me flagelle même pas pour ma remarque stupide, le temps s'arrête, il faut y croire. 2,3 tours sur le village puis je me jette sur le champ ou j'avais vu des pilotes enrouler, ça porte, je continue à hauteur de ligne en bordure de forêt. Mon gps valide la balise des points temps puis le son de mon vario prend le relai : Bip.... Bip... 1 tour, 2 tours, mes camarades posent... 3 tours, le vario s'emballe et le thermique est bien là. Je reprends ma respiration avant de savourer au loin la ligne qui m'attend. Si vous m'aviez dit 1 minute avant que je verrai la ligne d'arrivée je ne sais pas si je vous aurais cru..

Je boucle en bonne position (28) à plus de 11 minutes du premier. Quelques regrets sur la fin de course mais peu importe, j'ai passé la ligne et c'est bien le plus important.

Devinez qui gagne aujourd'hui ? ... A c'est trop facile. Bravo à Stéphane Morgenthaleur (...SUISSE)

Debrief, recalage des curseurs,ravitaillement et dodo, à demain !

Comment on this post

Marc KïO 01/20/2016 00:11

Super Laurie
Fait toi plaize et explose tout .
Tu as le potentiel pour faire un gros coup.

Maurice 01/19/2016 18:46

Hello,

Bravo, belle arrivée (on s'y croirait !).
Et, de plus, le réglage des curseurs devrait pouvoir se faire sur une faible amplitude vu le peu de points qui te séparent de la première au classement féminin.
Fais toi plaisir, je te souhaite de belles manches.