Championnat d'Europe : Récit M1

Published on by Bip bip

Voici, avec du retard, le récit de la première manche. Ce sera surement le seul et l’unique de ces Championnats. Ecrire prend du temps et sur le marathon des 8 manches qui s’annonce, j’ai besoin de tout mon temps pour être à fond dans l’événement, récupérer, gérer l'enjeu. Pour le moment, la ligne entre plaisir et pression est presque inexistante et je sens à travers ma façon de voler et les pensées qui traversent mon esprit que j’ai des choses à libérer pour réussir à voler comme je sais le faire.

Ces championnats d’Europe ont commencé par une manche bien compliquée par rapport à ce que nous avons pu connaitre sur les jours d’entrainement. 88 kms dans la plaine… c’est ce qu’on s’est dit lors du briefing de la manche, pas vraiment ce qu'on a fait.. Pour l’attente au start, nous sommes perchés au vent du nuage à 2600, le sourire en coin, se voyant déjà écraser nos petits camarades qui sont 600m dessous, avancé en plaine. Bien évidemment et comme souvent, 10 minutes avant l’heure du start, tout s’effondre doucement et le groupe avancé sur le rayon monte au plafond. Vu notre placement, mais également pour ne pas s’avouer vaincue, nous prenons une ligne plus au relief pendant qu’ils tirent droit sur la flèche. Dans l’hésitation, je prends entre les deux et finis bas sur le point de raccrochage. En dessous du relief, les thermiques sont faibles et je prends déjà un sacré retard à B1. Un plein et une trajectoire plus tendue sur la balise me permet de recoller mais il est trop tard, les malins se sont déjà échappés vers l’option de la journée, l’option la plus sûre : droit sur la flèche. En tant que bon alpin, peu motivé par une plaine brumeuse et sans cum, nous continuons sur le caillou. On y a tous pensé, mais seul dans la bonne option est parfois plus dangereux qu’à plusieurs dans un plan de m*r**… Et c’est ainsi que nous avons poursuivie notre détour, dans ce mouvement de foule. Sur la petit crête sous le déco, nous avançons mollement, face au vent, croisant parfois la route d’un +2 m/s. Tout se gâte quand on survole une plaine bien verte. A la queue du groupe, je ne prends que des bulles anémiées, le restant de ce qui a été consommé par la tête de course. Pendant que nos camarades (lire ennemis) sont perchés sous un beau cum au niveau d’une petite bute en plaine, nous perdons de l’altitude au fur et à mesure que nous avançons. Les thermiques sont de plus en plus faibles, et la proximité avec un semblant de relief isolé échauffe les esprits. Tirer par ma voile, je quitte le groupe et prends une ligne plus à l’ouest sous des nuelles à peines perceptibles, je monte doucement. La ruée vers « l’or » en pose plus d’un, certains se refont les pieds dans les herbes. Je trouve un thermique sur ma ligne, on est 2, le groupe nous rejoint et nous reprenons enfin de la hauteur. En quelques thermiques, nous voilà à B2. Sur le retour, le relief que nous avons croisé à l’aller ne semble plus être le même, l’ombre est là, le soleil est bas. J’enroule et prend une belle ligne, je rejoins le groupe de tête dans le dernier thermique avant le goal, ils partent au sommet quand j’arrive dedans. A moins de 8 de finesse de la ligne, je pars pour le dernier glide d’une longue manche éprouvante, sous une luminosité d’une fin de journée, dans une masse d’air mourante. Malgré les 30 minutes de retard sur le premier, qui a pris la bonne option, je suis heureuse d’avoir vu le goal. Honorin arrive en 2ème position après un vol en solitaire d’anthologie, bravo l’artiste. Petra Slivova en 6ème position, she's back!La deuxième manche a été plus dure pour moi, souvent sur la mauvaise ligne. Les résultats ne sont pas mauvais mais on a fait seulement 20% de la course et le classement n’est pas encore significatif. La compétition va être longue et pleine de rebondissements, je vous laisse suivre nos aventures via les liens présents sur l’article précédent.

Merci pour vos lectures, bon vol, bon JO !

Comment on this post

Masson jeff 08/14/2016 07:22

Bien ouej Laurie, la régularité un point c'est tout.
La petite Petra en fait la démonstration. Tu as bien progressé, et il faut continuer à jouer ce registre.
Fais toi plaiz aussi, c'est que du sport.