Championnats de France - Natural Games

Published on by Bip bip

 

J’ai le malheur de vous annoncer que le record n’a pas encore été battu cette année, 2 manches seulement ont permis de valider ce Championnat de France.


Une première manche facile, ne laissant aucune échappée ou option bien marquée et demandant beaucoup d’attention. Les 45 premiers pilotes rentrent au goal en moins de 3 minutes d’intervalles. Je n’avais jamais vécu ce genre de course, et si j’ai appris la semaine dernière que quelques mètres sur une balise pouvait avoir une grande importance sur un classement, je me rends compte qu’un seul tour de thermique, un retard dans la prise de décision du moment de rentrée au goal, 1cm  de moins sur l’accélérateur sont clairement déterminant dans ce type de course. 3 tours de trop, une faiblesse au niveau l’accélérateur me place en 36ème position, à 1 minute et 42 secondes de Honorin Hamard qui remporte la manche, le jour de ses 21 ans.


Rien de déterminant dans le classement pour la suite de la compétition, et je pars dans l’idée que l’écart se fera sûrement sur la deuxième manche. Parlons donc de cette seconde manche, un joli  7 dessiné au dessus des gorges du Tarn et de grand plateaux, le tout avec des plafs à 3500. Pour ma part, j’ai pas vraiment profité de la ballade, un beau start, puis un beau retard pris par un manque d’anticipation sur les conditions, un manque d’observation d’un cumulus en formation, un manque de lucidité sur la fin, un état de fatigue avancée et un goal raté, effectivement, c’était vraiment manqué ! Fini, donné, perdu, c’est déclaré !


La suite de la semaine s’est passée entre espoir et désillusion, pour changer ! Les animations des Naturals Games ont permis aux compétiteurs de s’occuper, entre concert, demo de slackline ou de Kayak, il y avait de quoi faire passer le temps.


Cette longue semaine s’est achevée par une belle remise des prix devant une "grosse poignée" de spectateurs. Ce fut une belle expérience, à vivre.


 DSC01032--1-copy.JPG

 

Un retour en force pour Simon Issenhuth qui acquiert un deuxième titre de Champion de France.

 

 DSC01042

 

Malgré la météo, mais je vais bientôt arrêter de mentionner ce détail, j'aimerais souligner une organisation vraiment au top, un évenement réussi !


Pour ma part une soirée mélangée, des larmes, des peurs, puis des bulles et des sourires , des rêves, des envies. Un mélange amer, sucré, salé, bien acide.

 Remporter une Pré Coupe du Monde, s’effondrer aux Championnats de France. Attendre. Craquer. Analyser. Accepter. Digérer.


Pour ne pas recracher.

 

 

J’en profite pour passer un petit mot sur mes silences ou mes absences. Pour les inquiets, les curieux, rien de grave, une petite baisse de régime, un peu trop de chaud, pas assez d’eau, en remettant un peu d’huile dans le moteur ça devrait repartir rapidement.

Comment on this post

Maurice 07/03/2012 14:53

Bonjour Laurie,
Je ne sais pas si on peut parler d'effondrement avec une place de troisième! Mais d'un autre côté cela montre ta détermination pour faire le mieux possible.Et ça nous fait plaisir! j'espère que le
Team va continuer à te donner le bon environnement pour poursuivre dans cette voix et que tu vas continuer de nous faire partager la joie de tes bons résultats. L'année prochaine se sera
Dormillouse. On fera le maximum pour vous accueillir comme il se doit. Je verrai, et veillerait, avec Pierre pour que ce soit le cas.
A bientôt

Bip bip 07/06/2012 09:09



Merci Maurice ! Une 3ème place, mais aussi une 69° au general. Il y a le résultat, et la manière. Et quand je parle d'effondrement, c'est que je me suis clairement effondrée sur ces deux manches.
Et heureusement que le team est là, dans les temps forts comme dans les temps faibles. 


Mais ce n'est que partie remise et on tachera d'honorer Dormillouse comme il se doit !