Championnat du Monde : Jour 2, annulé

Published on by Bip bip

Ce matin, prêt à dégainer, en attente au pied du télésiège, la journée fut annulée... toujours à cause du vent de nord qui semble se plaire à Sopot. La journée de demain est encore plus incertaine, ou bien mois certaine.

A froid, j'ai eu le temps de refaire cette première manche. Ce qui a conduit mes erreurs réside dans l'avant vol, et dans la première demi heure. Un start au sol, c'est très difficile à gérer. Je trouve que ça s'oppose à la rationalisation de notre activité, à l'équité sportive tout simplement. Cependant, ce n'était pas un start au sol, ça l'est devenu.. Sommes nous pilotes responsables d'avoir attendu d'être certains que les conditions permettent de rester en vol ? A la direction d'épreuve d'avoir laissé faire ? Peu importe, la course est lancée, et il faut s'en accommoder.

Une fois au plaf, je suis partagée entre attendre les groupes suivant en espérant qu'ils décident de tirer en plaine ou partir au relief avec le premier groupe dont je fais partie. Si je reste, je prends le risque perdre ce premier groupe et d'accumuler du retard. Si je pars, je renonce à mon plan A : "Option en plaine" qui me parait être le plus cohérent par rapport conditions aérologiques. Cependant, je prends moins de risque puisque le premier groupe est dense et constitué de plusieurs très bon pilotes.

Le vol n'est qu'une suite de prise de décision, de petite à grande échelle. Quand la décision se rapporte au choix d'une option, on se raccroche souvent à celle qui comporte le moins de risque tactique. Et le risque tactique est essentiellement lié au nombre de pilote.

Par exemple, pour en revenir à la situation du décollage, les conditions sont anémiques et tenir en l'air est une chose bien incertaine. Décoller seul ou à plusieurs dans ces conditions est risqué. Décoller avec la totalité des compétiteurs dans ces conditions ne comporte pas de risque. Pour résumer, on ne peut pas être meilleur, on est obligatoirement meilleurs que les autres (ça marche aussi avec moins bon...). A partir de là, la loi du plus nombreux est souvent de mise.

A savoir que la confiance que nous portons dans nos choix est renforcée par le nombre d'individu, pas vraiment besoin d'être sociologue pour s'en rendre compte. Pourquoi ? Premièrement car on se dit qu'on est plusieurs à penser la même chose, ce qui nous conforte dans l'idée qu'on a pris la bonne option et deuxièmement car on sait qu'on est toujours plus performant lorsqu'on est plusieurs.

Cette première analyse pourrait expliquer le retard au goal mais pas le posé en cours de route car les pilotes de mon groupe bouclent, certes en mauvaise posture, mais bouclent.

Ce qui me plombe, c'est de ne pas avoir su faire demi tour pour attraper la conflue. La question que je me pose : Est ce que parce que je ne veux pas faire demi tour que je me conforte dans mon analyse; la plaine au soleil va fonctionner et la conflue que je ne vais pas chercher ressemble plutôt une zone d'ombre OU est-ce réellement une erreur d'analyse ?

Je me pose cette question car faire demi tour est quelque chose de réellement difficile. Pourtant, je l'avais déjà fait deux fois avant d'en arriver à ce point stratégique. Et comme on dit, jamais deux sans trois..

Je pense, réellement que j'ai eu un excès de confiance en mon analyse. Depuis le début, je pensais "plaine" et quand après seulement quelques kilomètres de course, j'ai vu les groupes suivant passer par la plaine, j'ai compris que j'avais raison et que j'avais pris la mauvaise direction. Cette deuxième erreur serait peut être du a une envie de revanche sur la première ? J'hésitais et je ne me suis pas fait confiance. Une seconde fois j'hésite ? Je fonce ! Oui, j'avoue, j'aime avoir raison ! Or le soleil était là depuis trop peu de temps.. et j'avais tort !

Le résultat fait mal, il parait que rien n'est fait, tout est à faire... Je vais essayer de garder ça en tête et de partir à zéro sur cette seconde manche. Un second envol, un nouveau départ... avec un sacré handicap !

En espérant que la météo nous offre suffisamment de manche pour rectifier le sort..

Ce soir, c'est la mousse au chocolat qui a soigné mes pensées. Demain, la page est réellement tournée.

Championnat du Monde : Jour 2, annuléChampionnat du Monde : Jour 2, annulé

Comment on this post

Freddy 07/17/2013 20:29

Bonsoir Laurie,
Tu as déjà montré que tu es capable de rattraper du retard dans une compète, donc tout est encore possible.

Bon courage !

JC Skiera 07/17/2013 12:36

Belle maturité dans l'analyse. Ce n'est que le premier jour, le championnat est encore devant toi et les autres feront aussi leur lot d'erreurs. Alors Banzaï!

JLM 07/17/2013 10:25

En jaune, c'est la Boulgui Bulgare...? ;-)

Ann'So 07/17/2013 02:18

Encore une analyse pleine de sagesse... Tu l'emmène avec toi en vol les prochains jours cette sagesse . Bravo !